Cobrand – Nouvelle – Regionale

Québec veut utiliser la technologie Bluetooth pour améliorer la circulation routière

Par le 9 février, 2014

 Québec veut utiliser la technologie Bluetooth pour améliorer la circulation routière

Transports Québec espère améliorer la fluidité de la circulation avec l’aide de la technologie Bluetooth.

Depuis le début de l’année, le ministère met à l’essai différentes technologies le long des autoroutes de la région de Québec qui permettent de capter le signal Bluetooth d’un véhicule à différents endroits afin de déterminer le temps qu’il a mis à parcourir une certaine distance.

« Cela peut nous donner de l’information en temps réel sur le déplacement de la circulation », a expliqué à La Presse Canadienne un porte-parole de Transports Québec, Jacques Nadeau.

À terme, on prévoit examiner la possibilité d’utiliser ces données pour alimenter entre autres les panneaux à messages variables qui donnent de l’information en temps réel sur la vitesse des déplacements.

« Le but est de voir si la technologie est efficace chez nous. C’est une technologie assez légère. Nous n’avons pas besoin d’installer des trucs dans le béton, des boucles de détection. On récupère une signature unique; on la voit à un endroit et on la reprend à un autre endroit », a précisé M. Nadeau.

Ainsi, par exemple, deux bornes situées à trois kilomètres l’une de l’autre qui capteraient le même signal Bluetooth à 20 minutes d’intervalle le long d’une autoroute indiqueraient clairement la présence d’un bouchon sur ce tronçon.

La technologie Bluetooth est déjà utilisée à cette fin à certains endroits aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Le ministère des Transports assure par ailleurs qu’on ne recueillera aucun renseignement personnel avec cette technologie.

« De toute façon, les données que nous recueillons sont cryptées, a expliqué M. Nadeau. On les reçoit et c’est tout. Le but c’est d’obtenir l’information sur les temps de déplacement sans qu’il n’y ait aucune information personnelle de recueillie. »

Vérification faite auprès de la firme Bluetooth SIG, aux États-Unis, cette précaution est superflue.

« Lorsque la fonction Bluetooth est active, elle émet des signaux à la recherche d’appareils auxquels se connecter, a expliqué Suke Jawanda, directeur de la commercialisation chez Bluetooth SIG. Le signal de disponibilité en soi n’est pas identifiable. »

Ainsi, bien que les signaux Bluetooth soient uniques, ils ne peuvent être reliés à l’utilisateur. « Il n’y a aucun registre reliant la signature particulière d’un signal Bluetooth à l’appareil qui l’utilise », a précisé M. Jawanda.

D’autre part, l’identification n’est possible que lorsque l’utilisateur décide de manière proactive de se connecter à un appareil et, à défaut d’une telle connexion volontaire, le signal ne peut être identifié.

« C’est la même chose qu’un signal wifi, a expliqué Suke Jawanda. Vous pouvez le recevoir mais vous devez vous connecter de manière proactive pour qu’il vous reconnaisse et, à ce moment, c’est votre appareil qu’il reconnaît et non le signal Bluetooth. »

Pourrait-on éventuellement être capable de relier une signature Bluetooth au propriétaire de l’appareil qui l’émet?

« Je ne peux entrevoir un scénario où ce serait possible et je ne vois pas comment cela serait possible techniquement, a assuré le représentant de Bluetooth. La reconnaissance volontaire et proactive est une protection très importante que nous offrons en termes de protection de vie privée et c’est pour cela qu’elle existe. »

Partagez cet article

Poursuivez votre lecture sur ces thèmes

Réagissez à cet article

One Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>