Cobrand – Nouvelle – Regionale

Le 1080 des Braves, imprégné du passage de Jacques Parizeau

Par le 2 juin, 2015

 Le 1080 des Braves, imprégné du passage de Jacques Parizeau

La demeure du 1080 des Braves, qui avait été décrétée résidence du premier ministre à Québec au milieu des années 90, est toujours associée dans l’imaginaire des Québécois à l’ancien premier ministre, Jacques Parizeau, aujourd’hui décédé.

La maison avait été acquise en 1994 par la Chambre de commerce du Québec métropolitain pour offrir au premier ministre une résidence officielle dans la région. M. Parizeau y a emménagé quelques mois avant le référendum de 1995 jusqu’à ce qu’il quitte en 1996.

« Cette maison-là, le 1080 des Braves, est connue comme la résidence officielle du premier ministre du Québec, la seule résidence officielle qui l’a été, mais évidemment, on entend toujours le nom de M. Parizeau qui l’a habitée, qui l’a rendue extrêmement vivante en faisant des tas de réceptions souvent avec le public », raconte l’actuel propriétaire, Louis Massicotte.

Surnommée « l’Élisette », allusion au palais de l’Élysée et au prénom de la conjointe de Jacques Parizeau, Lisette Lapointe, la maison de style Tudor porte encore les traces de son passage à l’histoire en tant que résidence officielle.

« On a dans l’ancien bureau du premier ministre en haut peut-être une centaine de livres de lois, des années charnières de l’époque du premier gouvernement péquiste jusqu’à 1990. Alors tous les livres de loi, la collection entière était restée ici », affirme Louis Massicotte.

Quelques objets, lustres d’époque et certains meubles sont toujours en place, notamment l’ameublement de la salle à dîner qui peut accueillir jusqu’à 25 convives.

Selon la documentation du bureau du protocole du gouvernement du Québec, la demeure d’une trentaine de pièces chargée de boiseries luxueuses a été construite en 1929 au coût de 25 000 $, une somme faramineuse pour l’époque.

Le propriétaire Louis Massicotte est très conscient d’habiter depuis 10 ans dans une maison chargée d’histoire. « On sent que cette maison-là nous est prêtée par l’histoire. [...] Souvent je dis que c’est notre maison, mais c’est un peu la maison de tout le monde aussi parce qu’il y a beaucoup de gens passent devant, prennent des photos ».

À travers les ans, la demeure a aussi été la propriété de l’auteur Roger Lemelin qui y a vécu durant 20 ans.

Le successeur de Jacques Parizeau, Lucien Bouchard, de 1996 à 2001, avait choisi de ne pas habiter la grande maison, en période d’austérité.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a par la suite acheté l’édifice Price, dans le Vieux-Québec, qui abrite maintenant la résidence de fonction du premier ministre.

Partagez cet article

Poursuivez votre lecture sur ces thèmes

Réagissez à cet article

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez-nous sur Facebook