Cobrand – Nouvelle – Regionale

Gare aux voleurs de bleuets

Par le 27 juillet, 2013

 Gare aux voleurs de bleuets

La saison du bleuet en Abitibi-Témiscamingue s'annonce bien meilleure que la récolte difficile de l'an dernier. Néanmoins, en plus des caprices de Dame Nature, les producteurs de bleuets de l'Abitibi-Témiscamingue doivent composer chaque année avec les voleurs de bleuets. 

Plus les bleuets sont rares, plus leur prix est élevé. C'est habituellement le cas tôt en saison, ou quand l'une des régions productrices prévoit une récolte peu abondante.

Ce week-end, au Marché du fermier de Rouyn-Noranda, les cueuilleurs se font offrir 5,50 $ la livre pour leur butin. Selon la propriétaire du Marché, Suzanne Racine, le produit qu'elle achète est différent de celui que l'on retrouve dans les bleuetières.

Les voleurs de bleuets : un fléau bien réel

Le gérant de la Bleuetière du Montreuil, Stéphane Groux nous a raconté avoir commencé à récolter il y a une semaine. Durant cette période, il a déjà repéré une vingtaine de voleurs. Pour s'en débarrasser, il a mis en place de nouvelles mesures afin de les décourager.

Les voleurs devraient se méfier, car ils pourraient avoir de mauvaises surprises. M. Groux confirme avoir aspergé une partie de sa production d'un insecticide après avoir constaté la présence de drosophiles dans les champs. 

Somme toute, les vols ne touchent qu'une infime partie de la production annuelle. À la Bleuetière du Montreuil, par exemple, le bleuet cueilli à la main ne représente que 2 % de la production annuelle.

D'après un reportage de Claude Rivest Mazzanna. 

Partagez cet article

Poursuivez votre lecture sur ces thèmes

Réagissez à cet article

One Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>