Cobrand – Nouvelles – General

Philippe Couillard jubile, Pauline Marois démissionne

Par le 7 avril, 2014

Philippe Couillard et le PLQ ont toutes les raisons de jubiler avec l’élection d’un gouvernement libéral majoritaire alors qu’il y a à peine un mois, on les donnait morts et enterrés avant même le début de la campagne. À l’opposé, la défaite est cruelle pour Pauline Marois, battue dans sa circonscription, et le PQ qui passeront plusieurs jours à sécher les larmes amères d’une cuisante défaite. Mme Marois a démissionné à 23h20 et c’était la chose à faire, aussi difficile soit-elle.

Avec 70 députés élus, Philippe Couillard et le PLQ ajoute 21 sièges à leur récolte de 2012, une victoire éclatante pour le nouveau chef libéral qui vient d’asseoir durablement son autorité au sein du parti. Le nouveau premier ministre du Québec entre même par la grande porte, lui qui a ravi la circonscription de Roberval au PQ, un tour de force que personne ne pourra lui contester.

 Philippe Couillard jubile, Pauline Marois démissionne

Philippe Couillard a remporté son pari et deviendra le prochain premier ministre du Québec. (Source : radio-canada.ca)

Côté PQ et Pauline Marois, la désillusion est totale après cette dégelée qui a voit sa formation perdre 24 députés alors qu’elle ne visait rien de moins qu’une majorité à l’Assemblée nationale. Ces 30 sièges représentent le second pire résultat de l’histoire du Parti québécois. Une défaite cinglante qui ouvre maintenant la porte à une course à la chefferie péquiste (Voir plus bas). Et un possible déchirement du PQ, aussi long que douloureux.

On l’a dit et redit, la question référendaire semble avoir été déterminante dans le résultat de ces élections provinciales 2014. Un poing levé de PKP, des réponses hasardeuses sur la future monnaie ou les règles aux frontières d’un Québec indépendant et la donne venait de durablement changer. Philippe Couillard n’a ensuite eu qu’à mentir et claironner à tout rompre qu’un vote pour le PQ était un vote pour le référendum, rien de plus, rien de moins. Vrai ou faux, peu importe ! Les fédéralistes québécois se sont ligués en masse derrière le PLQ pour le conduire à cette victoire majoritaire, quelque chose d’absolument impensable il y a quelques semaines seulement.

Progrès de la CAQ et de Québec Solidaire

En dépit d’une dernière semaine remarquable qui l’a vu revenir favorablement dans les sondages, la CAQ et François Legault n’ont pas su convaincre les Québécois que la formation représentait finalement l’alternative aux deux partis traditionnels. Le chef caquiste a mené une campagne honorable et fait preuve de beaucoup de courage. Reste que le message n’a pas passé dans une élection où la question référendaire a pris une place démesurée. François Legault endurera-t-il quatre longues années dans la deuxième opposition à Québec ? La question se pose et il est permis d’en douter.

 Philippe Couillard jubile, Pauline Marois démissionne

François Legault a mené une excellente campagne, mais ce ne fut pas suffisant. (Source : radio-canada.ca)

Quant à Françoise David et son Québec qu’elle souhaite aussi solidaire que possible, et bien la progression est une fois de plus au rendez-vous au suffrage, et également en terme de sièges avec l’élection possible de Manon Massé dans Sainte-Marie-Saint-Jacques devant le péquiste Daniel Breton. Un choc qui fera sourire les solidaires tout en donnant de l’espoir. Les mauvaises langues diront qu’elle vient encore d’arracher le pouvoir au PQ. Ce n’est toutefois pas vrai cette fois. Il n’en demeure pas moins que Québec solidaire rejoint une partie de l’électorat qui gagne en nombre à chaque élection.

Dans cette campagne qui fut aussi sale que vide, il est permis de se demander ce que voulaient vraiment les électeurs dont le message est confus. Alors qu’une majorité disait honnir les libéraux il y a quelques semaines ou mois, cette confiance si rapidement renouvelée laisse perplexe. Il sera fort intéressant maintenant de voir ce que la commission Charbonneau révèlera prochainement et l’effet que cela aura sur la population. De durs et longs lendemains de veille sont à prévoir.

Sur le plan personnel, le Dr « millionnaire » Gaétan Barrette a su profiter de la grosse machine libérale pour arracher la circonscription de La Pinière à l’ex-députée du PLQ Fatima Houda-Pepin qui se présentait comme indépendante suite à son expulsion/départ du parti. Une fin de parcours amère pour celle qui a représenté les électeurs du coin pendant 20 longues années. Si la déception est vive, la frustration doit l’être tout autant. Et avec raison.

Qui sera le prochain chef du PQ? PKP, Lisée, Drainville ou Duchesne?

De son côté, Pierre Karl Péladeau a réussi à convaincre les électeurs de Saint-Jérôme de lui faire confiance. C’est toutefois dans l’opposition qu’il fera ses premiers pas en politique, une situation qu’il n’avait peut-être pas envisagée. Mais la chose n’est peut-être pas si vilaine que ça pour PKP à qui on prête des ambitions pour la chefferie du PQ. Ce qui est certain, c’est que l’ex-magnat de la presse aura le temps de se fondre dans ses nouvelles fonctions et gagner en expérience avant une future course au leadership. Le scénario semble idéal pour lui et il semblait déjà se poser en leader qu’on ne pourra contourner.

La course au PQ a donc commencé il y a quelques heures déjà et il sera intéressant de voir le chemin qu’empruntera le parti. Plusieurs ténors seront assurément sur la ligne de départ «officielle», pensons ici à Jean-François Lisée ou Bernard Drainville, en plus de la recrue de luxe PKP. Souhaitons toutefois que le Parti québécois offre à Pauline Marois la chance de quitter dignement, sans lapidation posthume, après une carrière politique qui l’aura vu occuper tous les postes clés au gouvernement : record de 10 ministères, vice-première ministre et première femme à diriger le Québec. Qu’on l’aime ou la déteste, on ne peut nier sa contribution politique à l’histoire récente du Québec, une implication qu’on ne peut que saluer malgré cette dernière cuisante défaite.

 Philippe Couillard jubile, Pauline Marois démissionne

Pauline Marois a parié pour l’obtention d’un gouvernement majoritaire et elle a perdu. (Source : radio-canada.ca)

Chers électeurs, vous aurez donc la paix «électorale» provinciale pour les quatre prochaines années ! Cela vous rend-il heureux ? Et qu’attendez-vous du votre nouveau premier ministre Philippe Couillard qui devra maintenant diriger pour l’ensemble des Québécois ?

Suivez-moi et commentez sur Facebook ou Twitter

Partagez cet article

Réagissez à cet article

107 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>