Les Chinois vont nous envahir

Par le 26 juillet, 2013

Ce n’est pas absolument une mauvaise nouvelle ! Un journal allemand, cité par le Courrier international s’en fait une joie car l’Europe est la destination touristique mondiale depuis toujours. LA nouvelle est que pour la première fois cette année, les allemands ne sont plus les touristes #1 au monde ! Ce sont les chinois. Seront-ils intéressés par le Québec ? Le Québec est-il intéressé par ces touristes culturellement inconnus ?

Le tourisme sera le secteur clé du XXIe siècle.

L’année dernière, pour la première fois, le nombre de personnes ayant entrepris un voyage à l’étranger a dépassé la barre du milliard, d’après l’Organisation mondiale du tourisme. On estime à 1,8 milliard le nombre de voyages transfrontaliers pour l’année 2030, soit quatre fois plus qu’en 1990. Pour ce qui est des « Vieux pays », on comprend l’enthousiasme car ils ont une Histoire riche, une architecture et des références universelles, même pour des chinois. Mais ici, on a quoi d’exotique à part le pâté chinois ?

Comment voulons-nous nous positionner dans l’offre mondiale ?

Nous n’avons pas d’Arc-de-triomphe ni de musée du Louvre, pas de Statue de la Liberté ou de Machu Picchu à gravir. Aucune Muraille de Chine ou de Taj Mahal à admirer. Notre territoire est jeune… Par contre, nos grands espaces, nos festivals culturels, nos Charlevoix et autres Vieux Québec ne sont pas à dédaigner. Mais je crains qu’il faille davantage, spécialement hors des hautes saisons, d’autant plus que le climat ici est très variable, n’est-ce pas ?

 Les Chinois vont nous envahir

Ouvert en 1893, et lieu historique national depuis 1981, le Château Frontenac est un attrait en soi. Même pour des Chinois ?

Premièrement, voulons-nous vraiment du tourisme international ?

Mine de rien, vivre dans un endroit où le tourisme est très présent peut-être une source d’irritants.  Il faut avoir vu Venise en Italie pour comprendre que cet endroit bucolique n’est pas vraiment une banlieue pour élever sa famille… Et voir aussi la ville d’à côté – Mestre – où rien ne vous incite à vous arrêter – mais qu’on devine être la banlieue utilitaire où peuvent habiter ceux et celles qui travaillent… à Venise ! Bref, « donner » sa ville aux touristes, c’est l’enlever en bonne partie aux habitants naturels; parlez-en aux résidents du Vieux-Montréal.

Quel genre de tourisme veut-on offrir ?

Souhaitons-nous une économie qui ne devienne pas dépendante de cette future manne ? Et l’environnement ? Accueillir des hordes de touristes ça laisse des traces: Déchets, nettoyages perpétuels, transports intenses en avion, bus, auto et bateau, consommation d’eau et j’en passe. Pour avoir marché dans New-York un dimanche matin avant 6h00, je peux vous dire que le samedi soir laisse des traces en abondance sur Times Square. Y vivre c’est forcément accepter un niveau de tolérance différent.

J’adore voyager que ce soit ici ou ailleurs. Mes escapades m’ont appris que l’opinion qu’on se fait d’un endroit dépend aussi beaucoup de l’attitude des gens qui y habitent et de la facilité d’y obtenir satisfaction dans une langue commune, même approximative.

Il faudra se développer une culture d’accueil, un amour sincère des étrangers, une adaptation linguistique (qui devra éventuellement inclure le mandarin, l’arabe et l’hindi) et, bien entendu, des choses à faire et à voir de classe mondiale. Tout en gardant nos qualités reconnues à ce jour: Environnement sain, taux de change favorable et faible criminalité.

Quand on apprend que Disneyland-Paris est l’attraction #1 au pays de la Tour Eiffel, on réalise que nos atouts naturels ne seront jamais suffisants. Si c’est bien ce que l’on veut, car il n’y a pas que les retombées économiques dans la vie.

再見*

* au revoir, en chinois « simplifié »

Partagez cet article

Réagissez à cet article

4 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>