Cobrand – Nouvelles – General

Débat des chefs – Un gagnant que personne n’attendait…

Par le 21 mars, 2014

Deux animateurs, 120 minutes et quatre chefs en quête d’affection populaire : le premier débat des chefs de cette campagne n’a laissé personne K.O., chaque protagoniste ayant connu ses bons moments lui permettant de rassurer ses partisans inquiets des dérapages possibles lors d’un tel exercice. Qui a gagné alors ? Celui qui avait le moins à perdre…

S’il faut absolument déterminer un vainqueur de ce débat des chefs fort attendu, je remettrais la palme au chef de la CAQ François Legault qui, du début à la fin, s’est montré solide et précis dans ses réponses comme dans ses attaques. À vrai dire, le leader libéral Philippe Couillard lui en doit toute une car c’est le caquiste qui a talonné toute la soirée durant la PM sortante Pauline Marois. À un point tel qu’on aurait pu penser que c’est François Legault qui aspirait au siège suprême et non M. Couillard. Pas que ce dernier ait été mauvais, loin de là, mais visiblement M. Legault s’est présenté en ayant rien à perdre à la veille d’une élection qui pourrait être sa dernière. Et qui le sera probablement.

 Débat des chefs – Un gagnant que personne n’attendait…

Le débat des chefs était très attendu et a été dans l’ensemble cordial. (Source : radio-canada.ca)

Dans ce débat où tous ont réussi à au moins sauvé les meubles, regardons d’un peu plus prêt ce qu’il faut retenir des quatre chefs qui ont débattu pour convaincre l’électorat québécois et la note bien personnelle que je leur attribue.

Pauline Marois, Parti québécois – C+

 Débat des chefs – Un gagnant que personne n’attendait…

Pauline Marois fut la cible de toutes les attaques lors du débat des chefs. (Source : radio-canada.ca)

La chef du PQ se devait de rassurer les électeurs sur la question référendaire : ne pas effrayer les Québécois qui n’en veulent pas, et ne pas se mettre à dos le mouvement souverainiste qui pousse pour se donner un pays. Dans les circonstances, c’est mission accomplie, même si beaucoup diront que Mme Marois danse encore avec les fameuses « conditions gagnantes » qu’elle s’est bien gardée de nommer ainsi. Un référendum, oui, mais quand « les Québécois seront prêts ». C’est probablement la réponse la plus habile qu’elle pouvait formuler sur la question. Mais les électeurs la croiront-elle ?

Pauline Marois a bien tenté de sortir l’épouvantail de Jean Charest que les Québécois ont encore en horreur, ces années libérales qui riment depuis quelques mois avec le mot « corruption ». Les coups ont été bien sentis, mais n’ont pas déstabilisé Philippe Couillard qui s’était dit prêt à répliquer si on essayait de le traîner dans la boue. Et curieusement, en matière d’éthique, c’est plutôt la première ministre qui en a le plus bavé avec l’épineux dossier PKP et le potentiel conflit d’intérêt qui pourrait lui pendre au bout de nez. Mme Marois était visiblement mal à l’aise avec la question.

Finalement, Pauline Marois est apparue déterminée, comme elle souhaitait le projeter, énergique même. Sa réplique sur Fatima Houda-Pepin dans la dernière portion du débat (sur l’identité) a marqué des points (« La seule femme qui ait perdu son emploi est Fatima Houda-Pepin »), mais c’était un peu tard disons. Cible de toutes les attaques, elle s’en est tirée sans perdre trop de plumes, même si elle n’a pas eu le dessus lors de l’exercice.

Philippe Couillard, Parti libéral du Québec – B

 Débat des chefs – Un gagnant que personne n’attendait…

Le débat des chefs a permis à la population de découvrir un peu plus Philippe Couillard. (Source : radio-canada.ca)

Philippe Couillard devait se montrer « premier ministrable » et il a réussi. Calme, sûr de lui, posé mais ferme, il s’est présenté aux Québécois avec l’étoffe d’un chef d’État. Et avec l’élan dont il profite depuis une dizaine de jours, il a conforté sa position de leader dans la course.

Le chef libéral a réussi a parlé d’économie et d’emplois, même si la réplique assassine de François Legault a frappé fort (« Combien d’emplois avez-vous créés M. Couillard ? »). À sa décharge, je ne connais pas beaucoup de médecins qui créent des emplois. Il a néanmoins continué de marteler son message économique, un enjeu qui résonne auprès de la population.

On l’attendait à l’offensive sur la question référendaire et il le fut, un peu. La beauté de la chose pour Philippe Couillard, c’est que le chef caquiste s’est chargé du bulldozer sur la question. Le chef du PLQ a pu rester sur ses positions sans même être inquiété par l’autre penchant de la question nationale, soit sa position sur la réouverture de la Constitution canadienne et l’adhésion hypothétique du Québec.

En bout de ligne, Philippe Couillard n’avait pas à gagner ce débat, il devait simplement ne pas le perdre. Et c’est mission accomplie pour lui. L’homme a toutes les raisons de sourire aujourd’hui et peut envisager un gouvernement libéral le 7 avril, chose impensable il y a un mois à peine.

François Legault, Coalition avenir Québec – A

 Débat des chefs – Un gagnant que personne n’attendait…

François Legault a été sans conteste le plus incisif lors du débat des chefs. (Source : radio-canada.ca)

François Legault ressort comme le gagnant de ce débat suite à une excellente performance saluée par la plupart des commentateurs. Il a voulu se démarquer du discours tenu par les deux grands partis « traditionnels » et il a réussi. Mais est-ce suffisant pour sauver sa campagne ? Peut-être, mais pas assez pour jouer un rôle décisif dans cette élection qui semble échapper à la CAQ. Dommage pour l’homme qui tout laissé sur la table hier.

Le chef caquiste est celui qui a le plus attaqué la première ministre Marois. Tellement qu’il semble avoir fait le travail à la place de Philippe Couillard. François Legault s’est clairement positionné comme le défenseur des contribuables, baisses de taxes à l’appui qu’il a répété encore, encore et encore. Même sur l’économie et l’emploi, des domaines où on attendait davantage le chef libéral, c’est François Legault qui a eu le dessus. Vraiment, ce fut une soirée de débat tout à son avantage, un parcours pratiquement sans faute devant les millions de téléspectateurs.

Françoise David, Québec solidaire – B+

 Débat des chefs – Un gagnant que personne n’attendait…

Le débat des chefs a permis à Françoise David d’exposer clairement ses idées. (Source : radio-canada.ca)

On aura beau dire que c’est facile de bien paraître quand personne ne vous attaque, Françoise David a encore une fois livré la marchandise. Visiblement à l’aise dans les échanges, on l’a redécouverte à l’offensive, particulièrement à l’endroit de Pauline Marois.

Son mandat était clair : rallier les péquistes déçus. Mais dans une élection polarisée entre PQ et PLQ, c’est une mission difficile, voir impossible. Reste que la co-porte-parole de Québec solidaire a livré une excellente prestation, tant dans la forme que dans le contenu. Ses explications étaient claires, elle maîtrisait parfaitement son message, ses attaques étaient efficaces et bien placées. Sa pointe à l’endroit de Mme Marois,, « les espoirs d’un autre Québec que vous avez déçu », résumait à elle seule ce que Québec solidaire souhaite faire comprendre aux souverainistes.

Françoise David ne dirigera pas le Québec, pas le 7 avril et ni dans quatre ans, mais elle a su démontrer toute la pertinence de la voix solidaire dans le paysage politique québécois. Et même si c’est peu en termes de gain réel, c’est là le premier test pour survivre dans l’arène publique.

Ce débat ne changera pas la campagne, mais il a offert aux électeurs une image plus claire de la personnalité des quatre chefs en lice, l’objectif principal d’un tel exercice. Si François Legault semble avoir eu le dessus, celui qui bénéficiera le plus de la joute est sans doute Philippe Couillard qui se dirige tranquillement vers la victoire. Restera maintenant un ultime débat la semaine prochaine sur les ondes de TVA, une dernière chance pour Pauline Marois de marquer les esprits avant le grand scrutin.

Et selon vous chers lecteurs, quel chef a eu le dessus lors du débat ? L’exercice a-t-il modifié votre choix en vue de l’élection du 7 avril ?

Suivez-moi et commentez sur Facebook ou Twitter

Partagez cet article

Réagissez à cet article

19 Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>