La justice russe autorise la libération d’Alexandre Paul

Par le 21 novembre, 2013

 La justice russe autorise la libération dAlexandre Paul

Un tribunal de Saint-Pétersbourg, en Russie, a autorisé jeudi la libération sous caution d’Alexandre Paul, un militant montréalais de Greenpeace arrêté il y a deux mois, a annoncé l’ONG écologiste.

Sur les ondes de RDI matin, la mère de l’activiste, Nicole Paul, s’est montrée satisfaite de la décision du tribunal. Elle n’a toutefois pas caché son angoisse quant à la suite des procédures pour son fils et les autres militants mis en état d’arrestation.

« Est-ce qu’ils pourront rentrer au pays? Est-ce qu’ils vont attendre le procès? Parce que les charges [...] demeurent toujours », s’est-elle inquiétée.

Alexandre Paul fait partie des 30 activistes arrêtés sur l’Arctic Sunrise le 19 septembre dernier alors qu’ils tentaient d’escalader une plateforme gazière située dans la mer de Barents pour protester contre les forages pétroliers dans l’Arctique russe.

Depuis, la plupart des militants ont obtenu des tribunaux leur libération sous caution. Or, seulement une poignée d’entre eux ont pu sortir de prison, la caution ayant été fixée dans tous les cas à 2 millions de roubles (64 000 $CA).

L’autre Canadien arrêté par les gardes-côtes, l’Ontarien Paul Ruzycki, fait partie des activistes qui ont reçu leur libération sous caution. Il vit à Port Colborne.

La justice russe a également accepté de libérer le capitaine du bateau, Peter Willcox, qui a déjà tenu la barre du Rainbow Warrior, un autre navire de Greenpeace détruit par des agents français dans un port de la Nouvelle-Zélande en 1985.

Seul l’opérateur radio australien Colin Russel s’est vu refuser sa demande de libération sous caution jusqu’à maintenant. Il devrait théoriquement demeurer derrière les barreaux au moins jusqu’au 24 février, mais Greenpeace fait appel de la décision.

Les activistes ont d’abord été formellement accusés de piraterie par la justice russe, ce qui pouvait leur valoir une longue peine d’incarcération en cas de culpabilité. Peu après, ce sont plutôt des accusations de « hooliganisme » qui ont été portées; elles valent habituellement des amendes, sans emprisonnement.

Mercredi, trois activistes du mouvement écologiste avaient déployé une bannière sur la Biosphère, à Montréal, pour réclamer la libération de tous les militants.

Partagez cet article

Poursuivez votre lecture sur ces thèmes

Réagissez à cet article

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>